dimanche 19 janvier 2020

L'amour lumière du monde





J'aime beaucoup l'Amour  velours un texte de Céleste qui nous parle de l'amour doux, très doux.
En effet, pour moi, par nature l'amour est doux , très doux. Cet amour est caractérisé  à travers tous les mots de ce beau texte inspiré par le vécu.

Cet amour là est certainement celui auquel tout être vivant aspire.
Alors, pourquoi est-il perçu comme un miracle, comme une exception ?

Parce que nous sommes des êtres très compliqués. Parce que nous imaginons qu'il faudrait traverser l'univers de part en part pour peut être un jour enfin l'atteindre..... alors qu'il est sans doute de l'autre côté de notre rue ( comme dans le film Deux Moi).

Nous sommes aveuglés par cette idée que l'amour n'est pas premier. Par l'obsession de ne voir d'abord en l'autre qu'un ennemi ou à tout le moins un obstacle potentiel.

Aujourd'hui une évidence me frappe et m'appelle à dire haut et fort l'urgence d'un changement radical de notre mode de penser et panser l'amour.

Notre espèce va devoir desormais faire face à des bouleversements gigantesques de nos modes de vie.
Nous n'echapperons pas à de grandes souffrances si nous gardons l'image d'un amour à conquérir par la force , alors qu'en réalité l'amour est un don réciproque qu'il suffit d'accepter comme tel.

Nul ne devrait concevoir l'amour comme 'un bien' à acquérir au détriment de l'autre.
L'amour n'existe que là où deux etres au moins acceptent le bonheur de se donner et se recevoir mutuellement sans à priori.

L'amour vécu comme une ouverture mutuelle entre les etres permet à chacune et à chacun d'apprivoiser l'autre dans la plus profonde sincérité.

Chaque être est riche du chemin de vie qui lui est propre. Le partage de cette expérience dans l'amour don mutuel est à mon sens source d'une lumière bienfaisante.

Voilà ma conception de l'amour.

vendredi 29 novembre 2019

L'Appeau là , c'est de la Blanche......





Partir de son désir personnel de toute puissance sur l'humanité en se prétendant l'élu du Ciel, voilà la vanité  de tous les tyrans.

Ceux là ignorent le discours de la sagesse : "Si haut que l'on soit, on n'est jamais assis que sur son propre fondement. "

Et Peaulablanche ( Céleste : Ultra White) ferait bien de méditer cela.

Le service de la collectivité requiert une volonté d'écoute tous azimuts, afin d'offrir une vision, un chemin que chacune et chacun pourront emprunter sans crainte.

Quand l'ego amplifié est le seul guide de l'élu, alors la population a au contraire tout à craindre.

Qui n'a jamais envisagé d'avoir plus de moyens financiers,  de moyens d'echanges  ?
Cependant, à l'épreuve des faits, conditionner l'existence à l'avoir en excès  pour son seul usage, est la voie la plus directe pour succomber dans des affres infernales. Cela devient une addiction mortelle.

La sagesse passe par une sobriété heureuse qui ne saurait être reprochée, à  quiconque la vit, par celui qui prêcha l'humilité et le partage.

Tuiles et tuiles







Les tuiles que l'on prend ou bien celles qu'on ne peut éviter de recevoir....

Voilà ce que m'evoque le texte  de Céleste
Tout d'abord j'avais ce réflexe de me dire "des bêtises on en a tous fait" et d'en rire....

Et puis je me suis revu à l'âge de 8 ans passés  ...

C'était par un beau matin d'hiver :
En sortant de l'école, sur le trottoir fortement enneigé, je hâtais le pas pour retrouver à proximité la chaleur de l'appartement familial.... Quand soudain une boule de neige dure et froide vint m'atteindre au niveau du cou . Stupeur, désagrément, colère et envie de réagir se succèderent en moi.

Sans plus réfléchir je résolus de répliquer... Manqué ! Ma boule, dirigée vers l'ecolier lanceur qui avait déjà traversé la rue, vint s'applatir sur le pare-brise arrière de mon Enseignant.....
Et lorsque, par décision maternelle ce jour meme je regagnais ma classe avec un retard certain cet après-midi là, mon Enseignant m'accueillit comme on l'eût fait vis à vis d'un chien dans un jeu de quilles....

Quelle tuile !
Dans l'un et l'autre cas je fus totalement dépourvu d'argument au regard de la colère de l'enseignant.....

Et pourtant tout était parti d'une simple bêtise du camarade de classe qui n'avait sans doute voulu faire autre chose que me faire une blague.....
Mais il vrai que tout dépend de l'angle de vue, du point de vue de celui qui prend la tuile ou de celui qui la reçoit en situation légitime.....

mercredi 20 novembre 2019

Des édifices , des arbres, des humains : fragilité des structures complexes




En ce mois de novembre la nature est bien présente pour nous ramener à un minimum d'humilité.
Oui nous concevons des systèmes, des machines, des édifices, des outils complexes.
Oui nous avons commencé à sortir de notre espace terrestre grace à ce développement technologique.
Mais une simple chute de neige peut nous ramener à ce que nous sommes : des êtres fragiles comme tout ce qui nous entoure ici bas.

Le corollaire de la complexité est bien l'extrême fragilité. A nous de prendre garde afin d'éviter le grain de sable qui bloque la belle mécanique.

Pour moi, la moralité des épisodes dramatiques de ces neuf derniers jours c'est la nécessité toujours plus grande d'une véritable solidarité, d'un effort de chacun pour privilégier la cohésion sociale sur l'individualisme.

Dans cet esprit je salue le dévouement de mon Maire : en pleine obscurité vendredi soir il s'affairait dans les locaux de la Mairie à trouver des solutions pour le village. Vint alors à lui un responsable de convoi originaire de Chambery pour dépanner un transformateur dans la Drôme. L'homme d'Enedis voulait savoir si l'accès à notre pont ne serait pas bloqué la aussi par des chutes d'arbres.

Notre Maire le rassura et en échange lui demanda s'il pouvait intervenir là un instant pour rétablir l'alimentation électrique du village. Heureusement la manoeuvre fut aisée pour ces professionnels.
Grâce à cet échange de bons procédés je trouvais après 22h une maison chaude à  mon retour d'un déplacement en Île de France depuis jeudi en début de matinée.

A ce retour j'ai constaté ce que la neige lourde avait provoqué comme fractures d'arbres jusque-là réputés solides , comme un vieux chêne aux pattes d'éléphant (
Céleste     ).
Le long des routes les noyers, les pommiers, les chênes attendaient les secours des services de déblaiement pour qu'ensuite on puisse panser leurs plaies.

Oui, encore une fois, comme Céleste  avec sa guitare il importe d'abord de réchauffer les coeurs blessés par la froidure d'une société dont la mécanique s'emballe ou se bloque par manque d'énergie ou d'esprit solidaire.

Par ailleurs, moi qui ne suis pas scientifique de formation, j'ai été intéressé par les propos tenus par Marc Halevy ( présenté comme un philosophe et chercheur en science de la complexité ).

Dans le cadre de ce blog,  que j'ai présenté comme un lieu ouvert a  des contributions partagées pour aider à la reflexion sur notre nécessaire évolution face aux défis actuels, je soumets à mes lecteurs le thème de la complexité à un débat ouvert.





lundi 4 novembre 2019

Rencontre

La vie,  ce chemin parsemé de rencontres...

Petit Prince je m'interroge :
Pourquoi suis je parti ? Pourquoi ai je quitté ma planète, ma Rose, mes baobabs ?

Ma Rose venait de reconnaître ses faiblesses et d'avouer son amour.
Moi j'avais tellement envie qu'elle soit heureuse...
Et j'étais fier de pourvoir au bien être de mon petit monde .

Alors pourquoi suis je parti ?
Que voulais je de plus ?
Que me manquait il ? Un ami ?

En fait je cherchais à faire des rencontres,
à me trouver par hasard en contact avec quelqu'un d'autre.

Pour cela j'ai pris le risque de laisser le petit monde de l'asteroïde B 612 se débrouiller seul sans mon aide.
Mais j'étais tellement troublé par les réactions de ma Rose que je suis parti en envisageant même de ne jamais revenir.

Je suis passé d'abord de planète en planète pour distraire mon esprit de ces troubles.
La rencontre d'un Roi, d'un vaniteux, d'un buveur invétéré ,d'un businessman , d'un allumeur de réverbère , d'un vieux géographe m'ont révélé la nature profonde du Petit Prince que je suis.

Avec le Renard j'ai appris ce que représente une rencontre qui n'est pas superficielle . J'ai découvert l'art d'apprivoiser l'autre : le respect, l'écoute et le partage qui développent le sentiment d'amitié.
J'ai compris que la richesse des qualités d'un être n'est jamais apparente et que leur découverte repose sur un patient apprentissage de l'amitié . Cela requiert un coeur ouvert . Seule cette ouverture permet de dépasser la barrière d'une première impression parfois trompeuse .
Le coeur ouvert permet de connaître l'autre au delà de l'écorce superficielle .

J'ai réalisé que le langage du coeur est sans doute plus pertinent que celui des mots. La fragilité de ma Rose était perceptible en dépit de sa volonté d'apparaître sûre de ses épines.
J'aurais dû laisser parler mon coeur et ne pas me laisser envahir par un sentiment de rejet.

Mais je ne regrette pas d'avoir entrepris ce voyage . J'ai gagné deux amis : le Renard et le Pilote.
Le Renard m'a fait comprendre mon amour pour ma Rose et m'a indiqué en quoi elle est unique à mes yeux.
Grâce au Renard j'ai pu transmettre au Pilote le moyen d'être toujours en lien avec ses amis en dépit de la distance.
Le Pilote m'a montré comment protéger ma Rose de l'appétit d'un mouton.

Désormais lorsque nous regardons le ciel chacun du bout de sa planète nous rions en pensant à l'amitié qui nous unit au delà du temps et de l'espace.




A mon père, Antoine de Saint Exupéry

mardi 6 août 2019

S'il vous plaît, dessine moi un humain









S'il vous plaît dessine moi un humain !


Quelle drôle de demande tu me fais là, Petit Prince....
Tu sais, il en existe de toutes couleurs du brun foncé au rouge cuivré, en passant par le blanc et le jaune.....

Ça ne fait rien, dessine moi un humain

Alors je saisis mon crayon et commence un croquis....

Non, celui-là est tout excité par la soif de pouvoir et veut tirer sur tout ce qui bouge .
Fais en un autre !

Tu vois bien, ce n'est pas un humain, c'est un macho prêt à user de sa force pour réduire ses frères et soeurs en esclavage
Fais en un autre !

Je refais encore mon dessin, mais qui est à nouveau refusé.

Alors, faute de patience, comme j'ai hâte de passer à autre chose, je lui dessine une belle forêt et ajoute : l'humain que tu veux est là dessous. Je lui ai ajouté toutes sortes de textes philosophiques et vidéos pour lui enseigner le respect universel de tout être...

C'est tout à fait comme ça que je le voulais. Tu sais, on ne voit bien qu'avec le coeur, l'essentiel est invisible pour les yeux.
C'est le temps que je vais passer à comprendre et apprivoiser cet humain qui fera de notre amitié la plus belle chose au monde.








vendredi 27 juillet 2018

"je t'aime" : un message splendide si doux à entendre , si dur à formuler



                                                     (photo Célestine)


                                                         JE T'AIME


Trois petits mots

                           ....Trois petits rien

De moi vers toi


Pourquoi ai je envie de les entendre adressés à ma personne ?
Pourquoi est-ce si dur à prononcer à l'attention d'un autre être ?


Aimer c'est faire exister l'être à qui je dis  JE T'AIME
Qui au monde n'a pas envie de s'entendre dire  JE T'AIME  ???
C'est un besoin existentiel : puisque je suis là, j'ai le droit d'exister...
Cette légitime demande "je désire être aimé" se manifeste dès le berceau ;  l'enfant demande l'attention de ses parents.
Plus l'enfant avance en âge, plus sa demande se concrétise, s'oriente, voire se focalise sur quelque chose de précis.
Mais c'est au fond toujours la même demande : "faites moi exister en me disant  JE T'AIME ".
Toutes les attitudes, tous les actes de nos semblables relèvent au départ de cette demande.

On est jamais si bien servi que par soi-même alors il est naturel de s'adresser des  JE T'AIME et vient le mythe de Narcisse : se regarder dans le miroir de l'eau pour se dire  JE T'AIME .


Pour pouvoir en vérité dire  JE T'AIME  à un autre être que soi, il me semble nécessaire alors, non pas de renoncer à exister, non pas de ne plus se dire  JE T'AIME, mais bien au contraire de s'aimer en qualité et quantité suffisante pour reconnaître à l'autre égal droit à exister et donc à recevoir des  JE T'AIME .

Chacun nourrit au fond de soi la peur de ne plus pouvoir exister.
Cette peur, cette crainte primaire explique à mon sens l'ambivalence de nos sentiments à l'approche de l'inconnu(e).
J'ai envie d'accueillir avec joie l'autre en ce qu'il (elle) peut m'aider à exister, en ce qu'il (elle) peut me dire des  JE T'AIME.
Mais en même temps je réalise que cela implique un partage.
Non pas un partage léonin, où j'aurais la meilleure part ; mais un partage équitable .
Cela veut dire que j'accepte de ne plus être le seul (e) récipiendaire des  JE T'AIME ; en clair, mon espace existentiel est rétréci ; c'est ce qui explique les jalousies et les disputes en même fratrie, comme entre populations ; toute guerre trouve là son origine.

Mes lecteurs auront compris la valeur symbolique du  JE T'AIME dont j'ai fait le thème de ce billet. Ces trois petits mots recouvrent en fait bien plus que les mots d'amour échangés entre deux êtres.
C'est l'essence même du vivre ensemble qui est en cause ; et quand je dis l'essence, je pense également thermodynamique, je parle du carburant indispensable à tout vivre ensemble de deux aux sept milliards de nos semblables (pour ne parler que d'eux)....

Alors je n'ai plus peur de dire JE VOUS AIME
Je ne suis pas un pur esprit et j'ai besoin que l'on me dise par la parole et par les gestes tendres  JE T'AIME
Mais je ne fais plus la confusion entre un sentiment d'amour partagé par le corps et par l'esprit entre deux êtres, et la jouissance individuelle et toute personnelle animée par le seul désir d'exercer un pouvoir sur l'autre, l'autre ainsi dépossédé de sa qualité d'être respectable .


PS : j'ai inséré comme introduction cette image prise par mon amie Céleste en ce qu'elle exprime ce que je veux dire dans un  JE T'AIME :

De quelque façon que  l'on apparaisse au monde, grand ou petit,
beau ou moins beau, à la manière de ces deux arbres dont les branches s'unissent sur l'horizon, nous avons tous besoin de nous adresser des  JE T'AIME